Technologie : Aristide tend la perche aux élèves

L’année scolaire 2016-2017 aura été l’année de toutes les difficultés sur le plan scolaire. L’école a démarré avec un trimestre de retard. Pour rattraper le retard considérable, le programme d’enseignement est contracté à outrance. Toutefois, les candidats au baccalauréat précisément, ont une solution à portée de main. Leur besoin didactique est quelque peu satisfait par un jeune développeur qui se nomme Aristide Dingamdoum. par MékonéCampus, le 10/31/2017 9:28:55 AM

MékonéCampus

Aristide, diplômé de l’université de N’Djaména, prépare un master en Communication et marketing. “Développeur passionné”, il a usé de son génie créateur pour concevoir une application dénommée “Bac Tchad 2017”. Le concepteur s’est inspiré des applications d’autres pays telle “Bac France”. Par conséquent, il a décidé de “contextualiser, de faire un truc local”. “Le truc” adapté aux réalités locales, c’est cette application qui permet aux élèves, grâce à leurs smartphones ou leurs téléphones Androïd, d’avoir un cours détaillé de français, philosophie, d’histoire et de géographie pour un début. “Certains détails que les élèves ne trouvent pas en salle, ils peuvent les trouver dans l’application”, précise le développeur.
L’application propose aussi aux apprenants de “grands traits de sujets’’ susceptibles d’être proposés à l’examen du baccalauréat. Ces leçons et exercices contenus dans l’application sont préparés par les professeurs du lycée-collège évangélique. “Nous allons aussi solliciter d’autres enseignants pour diversifier le contenu dans les années à venir”, promet-il. Outre la diversification du contenu, le concepteur s’engage à insérer d’autres disciplines. La version arabe de l’application “est aussi en route” pour les prochaines années.
L’application est gratuite. Les élèves principaux bénéficiaires, peuvent se l’envoyer par Bluetooth ou la télécharger sur Play store. L’objectif primordial est de porter une assistance aux apprenants, et au-delà, l’Etat car le cours compense les retards accusés cette année. “Nous nous sommes dits qu’investir dans le secteur éducatif c’est mieux. En cas de problèmes, ce n’est pas seulement l’Etat ou la société civile. Le privé doit aussi s’impliquer”, explique la directrice marketing du groupe Albidey Net, Zina Brahim Mahamat. C’est cette structure qui “est le cadre de travail”. C’est elle qui a financé la finalisation du projet. En attendant que Google ne “paye au terme de l’utilisation”, la conception est une satisfaction. C’est la preuve qu’au Tchad, il y a des développeurs. D’ailleurs Aristide n’est pas à sa première conception. Précédemment, il a conçu “IF Tchad”, une application de l’institut français du Tchad (Ift), disponible sur Play store. L’application contient les programmes et quelques informations de l’institution.

Suivre : play.google.com/store/apps/details?id=com.makemedroid.key8d7f538e

Presse Tchadienne



Technologie : Tchad : quand l’accès à internet coûte les yeux de la tête ! Lire la suite !

Presse Tchadienne

A partir des résultats d’un sondage réalisé par l’Union Internationale des Télécommunications (ITU), Internet World Stat et Facebook News Room, le Tchad compterait plus de 200 000 utilisateurs actifs d’internet et plus de 170 000 autres qui utilisent

Education : Association Konangran : scolarisation des filles, alphabétisation en milieu rural. Lire la suite !

Presse Tchadienne

Association Konangran, Tapol - Tchad : scolarisation des filles, alphabétisation en milieu rural.

Entreprenariat : Portrait : Djamal Ab-Taher, un exemple à suivre! Lire la suite !

Presse Tchadienne

De taille moyenne, d’un teint noir clair, Djamal Ab-Taher est un jeune homme svelte d’une trentaine d’année. Ambitieux, Djamal ne manque pas d’audace et voudrait se faire une place au soleil. «Tu gagneras ton pain à la sueur de son front», dit la bib